Intro Civilisation Perdue

Couplet 1
Si j’pouvais sauver l’monde, j’sais pas si j’le f’rais
Des fois, c’est bon qu’à jeter, foutu, des fois, c’est buggé
Toute la tyrannie, la lâcheté dont la Terre est peuplée
Toute la jalousie, la traitrise dont la Terre est peuplée
Détruire, construire, détruire, construire
Détruire pour construire, hier j’disparais, demain, j’renais
Détruire, construire, détruire, construire
Toutes les civilisations finissent par tomber
Du sel dans les yeux, la mer déchaînée sur la jetée
J’viens rependre les cendres, j’viens récolter c’qu’on a semé
Des roses et des chrysanthèmes, des violettes et des bleuets
J’viens planter les graines, j’viens récolter c’qu’on a semé
Adieu l’époque où j’me levais, whisky sur la table de chevet
Civilisation perdue, symphonie inachevée
Mois d’décembre en été, j’repense à c’qu’on était
Peut-être j’me ferai baiser, j’passerai pas ma vie à m’méfier
J’veux plus les calculer, j’veux plus jamais faire de maths
De plus en plus crédible depuis qu’les ients-clis des ients-clis rappent
Sabre à la main, Baby Cart, j’avance, deuxième acte, j’avance
L’Homme s’ennuyait donc il a inventé l’Diable, j’avance
Maman connaît l’nom des arbres, moi, j’m’en bats les couilles
Superficiel, je sais juste te dire quelle marque est cool
J’ai grandi en ville, j’connais qu’les endroits où faut boire des coups
Ma bande de potes, où si t’en invites un, ils s’ramènent tous
Casquette à la gloire des Bulls, Scottie Pippen, baskets rouges
Bientôt, j’m’en vais, j’arrête tout, Satoshi comme Perfect Blue

Pont
J’essaye de boucler la boucle, j’essaye de boucler la boucle
J’essaye de boucler la boucle, j’essaye de t’parler comme si j’en avais quelque chose à foutre

Couplet 2
Et j’meurs un peu plus chaque fois qu’on m’appelle “Monsieur”
Le gosse naïf de huit ans en moi veut qu’j’lui rende ses deux yeux
J’en ai vu devenir des monstres parce qu’ils étaient peureux
J’en ai vu tellement, petit, j’me disais : “Deviens jamais comme eux”
Faut qu’on fasse le tri dans c’qu’on a appris
Mes parents sont pleins d’qualités, communiquer n’en fait pas partie
On savait pas c’qu’on f’sait comme dans les témoignages des nazis
Vu d’l’espace, on n’est rien d’autre qu’des parasites
C’est l’histoire d’un enfant qui grandit
S’réveille et s’demande s’il fait vraiment partie des gentils
Les civilisations finissent par tomber, même les empires
J’m’en bats les couilles d’un empire, gorge serrée comme une angine dans la nuit éclairée pas l’incendie

Outro
Vert parce qu’on va s’faire rattraper par la Terre
Noir pour les erreurs qu’on a fait et qu’on va faire
Bleu et rouge parce que j’me base sur mon pays
J’enlève le blanc, pour évoluer, des fois, faut détruire
Shuriken, parce que c’est stylé, parce qu’il faut savoir kiffer
Pour se défendre, mais ça reste une étoile donc on peut prier
Un damier, comme ça tout l’monde peut s’l’approprier
J’étais tout seul, on est des milliers